vendredi 14 mai 2010

La révélation magnétique

Il reste assis un long moment, comme fatigué par tant d'efforts. Son corps est recouvert d'alios, ce mélange de sable et de métal, couleur rouille et brun. Il finit par se frotter le ventre, en fait tomber le sable et découvre, niché au creux de son abdomen, une cassette audio encastrée dans un lecteur. Il dégage la cassette, et sur la face qui se trouvait à l'intérieur du lecteur, il lit un nom écrit au stylo: The Fleshtones. Il la replace sur la platine, il appuie sur "lecture".

4 commentaires:

spata a dit…

Je n'avais pas vu ce nouvel instant.
C'est très intéressant ce qui se prépare. Est ce que tu n'es pas en train de goupiller petit a petit un scénario de cette manière ?
Est-ce spontané ce que tu fais, ou bien, sais-tu clairement ce qui va ce passer, jusqu'à la toute fin. Cette musique, pourquoi est elle là. Quelle raison a t'elle, c'est beau et énigmatique, mais, pour quoi est-elle destinées pour toi ? A ce niveau là, j'aimerai presque un synopsis qui me dise où ça va aller. Mais ça, je pense que tu ne vas pas vouloir.
Je ressens une histoire d'un adulte qui fait ressurgir des émotions d'enfances, et des lieux où tu as vécu, le côté militaire. Le réalisateur de Toy Story à connu les jouets qu'il à mis en image, il a joué avec, ou alors, son, ou ses enfants, l'on bien influencés, cela ce ressent. Les petits soldats de plomb, le chien ressort et le cow-boy. Bon peut-être que je m'égare en disant cela.
Est-ce que tu penses au fond à un projet, réellement ?
Le dessins prends des allure de bandes dessinées. Ou bien est-ce que c'est du dessin animée ? J'aimerai en savoir plus.
Je me permet une petite référence, cela me fait pensé a un conte, bien sûr avec cet enfant robot, genre métropolis.
J'ai cherché certains mots dans le dico, tu m'as fait bossé salaud, j'ai pas trouvé alios, c'est une matière organique ? Je n'ai que le petit Larousse et pas Robert.
En tout cas je ressens ce projet, si c'en est un, très personnelle; comme on dit aujourd'hui, singulier. Avec une force que tu n'avais pas autant avant. C'est plus profond, voilà.

A bientôt,
Spata

corchelu a dit…

Bonjour Denis,
Quelques réactions sur ton travail, des impressions comme si tu étais là et qu'on discutait, chacun notre tour avec Spata ! (c'est rigolo les pseudonymes )
D'abord, parce que c'est le plus "visible" : tes dessins sont très beaux, étrangement émouvants. Il y a un mystère, une tristesse et quelque chose d'inquiétant là dedans. Une drôle de sensation, comme dans Lynch parfois.
C'était plutôt inattendu cette idée de robot. Ton personnage prend corps, par couches successives. Tu as une matière très riche.
Tu prend le temps, on dirait, de laisser monter à la surface de ta pensée des souvenirs d'émotions, des lieux, des sons et de l'enfance, mais au passage tu les façonnes, tu leur donnes une chair et une interprétation, tu les "poétisent". Tu crée quoi ! Mais on peut bien le dire, c'est pas si courant. On dirait qu'un film va se dessiner tout seul à force d'avancer à tatons de cette manière. Mais est-ce que tu veux faire un film ? Est-ce que c'est une"histoire" destinée uniquement au blog ?
Quelle est la mission du robot ? S'il y en a une et si c'est pas trop tôt.

Futur2002 a dit…

Merci beaucoup pour vos retours, car à force d'avancer seul, et surtout de façon intuitive, je ne suis plus toujours sûr que le sens que j'y mets est perceptible, ni dans quelle mesure. Au-delà du fait qu'elles sont très encourageantes (et souvent élogieuses), vos remarques me rassurent de ce côté là. Il y a aussi beaucoup de questions, je vais essayer d'y répondre au mieux. En commençant le blog, je savais que je voulais avancer sur un projet que j'avais à l'esprit depuis longtemps, mais je n'en avais que quelques bribes éparses, et je ne savais pas vraiment comment ça pouvait prendre forme. Alors j'ai commencé à publier des images et des textes qui installaient un état d'esprit, des idées, librement disposées ça et là. Je ne voulais me donner aucune limite et surtout, ne pas écrire de scénario. Il fallait que les choses arrivent à la surface d'elles-même. en travaillant cet hiver, je n'ai pas eu le temps d'y revenir, mais l'idée de ce projet m'a hanté sans arrêt, si bien que lorsque je me suis arrêté de travailler pour reprendre une activité autour de choses plus personnelles, les morceaux du puzzle étaient plus nombreux, plus cohérents. Aujourd'hui, je sais en gros ce qui va se passer, il y a pas mal de trous, d'incohérences, alors je vais terminer une première séries d'images (dont ces dernières publications font partie), écrire un peu autour, et je passerai certainement à un travail d'écriture de scénario. Une fois que j'ai accumulé assez de matériaux, cette phase de travail ne me fait plus peur. L'idée est donc d'aboutir à la réalisation d'un film d'animation de marionnettes, assez long je pense. Je suis décidé, une fois que ça sera mûr, à affronter producteurs et distributeurs pour lancer la production dans les mois qui viennent (si ça pouvait démarrer dans un an, ça serait parfait). Mais pour le moment, je vais profiter de ce moment que j'aime beaucoup où les choses s'agglomèrent, en échappant encore à une pensée trop rationnelle. Je vais encore me laisser aller à ça, car les étapes suivantes seront certainement "violentes", on va revenir à la mécanique du scénario, il faudra détruire pour reconstruire, etc... En tout cas, je vous remercie tout les deux beaucoup, car vos commentaires m'aident énormément, comme les encouragements de Marion. Voilà. Ah, Jean-Luc, je vais, dès que j'aurai un peu de temps, t'écrire la trame de l'histoire, telle qu'elle existe aujourd'hui, pour te donner une idée de ce dont il s'agit. Je te l'enverrai par e-mail. A très bientôt.

Futur 2002.

Futur2002 a dit…

Éh! Spata! L'alios est un mélange de sable et de métal. On en trouve dans le sous-sol dans le sud-ouest, près des côtes. Il y a mille ans, on le faisait fondre pour en extraire le métal et fabriquer des outils. Aujourd'hui, on n'en fait rien... Tu en as une photo en gros plan dans l'épisode #02 (ou 3, je ne sais plus...)

Futur 2002.