jeudi 13 mai 2010

Science et vie

À force de traîner dans les bois, de fouiner trop près de la zone militaire, il n'est pas impossible d'imaginer de tomber sur une équipe du service Recherche du Centre d'Essais en Vol. Après, que cette équipe soit missionnée pour trouver un sujet idéal pour de nouvelles expériences, c'est pas de bol. Mais on a pas tous les jours de la chance, c'est normal ça. Pour finir, se faire emballer prestement dans un grand sac de toile, être convoyé illico jusqu'au labo, ça va presque de soi. Le reste appartient à la science: une batterie longue durée qui doit garder le corps sous tension, bien vérifier l'adhérence des électrodes, greffe au niveau de l'abdomen d'un lecteur de bandes magnétiques pour que le futur robot soit conforme aux missions amphibies prévues par le Programme. Il ne reste plus qu'à enterrer le sujet dans un sol à haute teneur en métal, attendre quelques années que l'électrolyse agisse, et on devrait obtenir un robot dont la finesse des articulations permettront d'intervenir dans les situations les plus délicates. Enfin, normalement.

Aucun commentaire: