samedi 13 juin 2009

La cristalisation rock'n'roll

Cette photo de Grant Delin montre les Fleshtones en habits pastels, bien mis, debouts, simplement. Leur musique est fraîche, intacte depuis trente ans, et si le temps fait la fête à leurs vieux corps, il en bave pour s'emparer de leurs esprits qui semblent résolus à ne jamais abdiquer. Comme Jonathan Richman, dès leur apparition, ils ont accompli le tour de force de s'imposer immédiatement comme des "énigmes". Ils sont beaux, non? Merci à Grant Delin qui a su les voir, et nous les montrer tels qu'en eux mêmes.

mercredi 10 juin 2009

Week-end perdu


C'est la fin du printemps, il fait beau. Au milieu de l'après-midi, l'homme télé s'ennuie. Il faut dire que le paysage qui s'offre à lui depuis vingt sept ans n'est pas des plus variés. Mais il regarde quand même. Ce qu'il voit s'accorde à merveille avec ce qu'il entend, c'est loin, diffus, ça semble vivant et ça n'est pas pour lui.

Mais tout de même, dans l'immeuble d'en face, cette nouvelle télé couleur pêche qui marche jour et nuit, ça l'intrigue. Surtout, ça lui fait ressentir une drôle d'impression, celle d'être comme un poisson rouge dans un aquarium un peu sale. Il a ressenti ça pendant plus de trois semaines sans s'en rendre compte, et là, le réveil est un peu rude, il reste comme deux ronds de flan... Dans sa tête carrée, ça commence à aller vite, très vite, et franchement: il n'a pas la moindre idée de ce qu'il doit faire.

mardi 9 juin 2009

INTRO & MODE D'EMPLOI

Futur 2002 parle d'un vieux futur. Un futur oublié qui fût fantasmé, avec des robots, la téléportation, la télékinésie, la télépathie. Un futur mort et enterré. Depuis si longtemps qu'on a fini par l'oublier. Construit au sein d'une toile immense, Futur2002 est comme le souvenir, il procède par bribes, avec des mots, des images, qui finiront par ressusciter un monde. Un futur où les robots ne font pas que la soupe ou passer l'aspirateur. Alors on redresse la tête, on regarde la catastrophe droit dans les yeux, on l'aime et on l'embrasse... fougueusement et avec amertume.