lundi 10 août 2009

Episode #02

Comme le lac, ce morceau de sable aggloméré et de métal rouillé est le cœur de l'histoire. Il en est le sol. Et lorsque l'homme y enterrera l'enfant encore vif, le corps recouvert de diodes, il fera de lui le composant d'une électrolyse. Au fil des ans, l'enfant captera sans cesse les particules de métal qui l'entourent. À son réveil, vingt ans plus tard, sa chair sera devenue composite. Il se découvrira métallique, et la greffe monstrueuse opérée vingt ans plus tôt par l'homme (l'employé en fuite d'un laboratoire militaire) aura fonctionné. À la place de ses organes digestifs, désormais inutiles, sera disposé un magnétophone à cassettes. Les premiers temps de sa nouvelle vie seront donc occupés à écouter, inlassablement, les mêmes albums enregistrés pour lui vingt ans plus tôt. L'enfant sera bien trop absorbé par la découverte des Fleshtones pour se préoccuper des raisons qui l'ont amenées ici, ni même des motivations qui ont poussé l'homme du laboratoire à l'enterrer et à lui voler ses précieuses années. Non, décidément, la musique serait là, simple, directe, il lui semblera pouvoir la comprendre, et il sera persuadé qu'elle lui est destinée. Bientôt, une idée s'imposera à son esprit: voir jouer les Fleshtones.

samedi 25 juillet 2009

Une idée du lac

"L'eau baissait depuis longtemps déjà quand j'arrivais. Parfois un grand frémissement en ridait soudain la surface, et les dos bruns des poissons inquiets transparaissaient. Dans les flaques du bord, des enfants pataugeurs capturaient un fretin brillant qu'ils jetaient dans les seaux pleins d'eau claire. L'eau de la mare, que l'émoi des poissons achevait de troubler, était terreuse et d'instant en instant plus opaque. Les poissons abondaient au-delà de toute espérance" (...) André Gide (L'immoraliste - 1902)

vendredi 10 juillet 2009

Episode #01

Est-ce réellement l'épisode #01? Pas si sûr. En tout cas, ce lac est le point de départ de l'histoire car il contient tout. Il est habité par des poissons énormes, majestueux et inquiétants. Il est sombre, et assez grand pour être violent. Mais il raconte aussi une histoire vieille de plus de 3000 ans, et recèle des traces de l'âge de bronze. Enfin, les derniers à se l'être approprié sont les militaires qui, inlassablement depuis des décennies, y tirent des tonnes de missiles dans des zones interdites. L'histoire peut donc commencer...

mercredi 8 juillet 2009

Froid tendre

L'idée est simple: Notre robot est tendre. Très tendre. À tel point qu'il en est fragile à l'extrême. Non seulement il doit garder cette paroi métallique sur lui à jamais, mais il doit toujours surveiller son équilibre mental. Il peut à de rares occasions être saisi d'une colère volcanique et froide (?) qui lui fait emporter tout sur son passage. Il n'en sort que par un tunnel de fatigue, une nappe d'amnésie et un retour au calme profond.

lundi 6 juillet 2009

Bois et métal!

Il revient, avec sa planche de bois sous le coude. Bois et métal. Bois et métal! Je décide de rester dans cette forêt, à l'affût de ses allées et venues. Il finira bien par me mener quelque part, je finirai par comprendre ce qu'il fait ici, et comment il est arrivé là. Quant à moi, je deviens persuadé qu'en cette période, un séjour au cœur des bois est la meilleure façon de vivre, et attendant...

samedi 13 juin 2009

La cristalisation rock'n'roll

Cette photo de Grant Delin montre les Fleshtones en habits pastels, bien mis, debouts, simplement. Leur musique est fraîche, intacte depuis trente ans, et si le temps fait la fête à leurs vieux corps, il en bave pour s'emparer de leurs esprits qui semblent résolus à ne jamais abdiquer. Comme Jonathan Richman, dès leur apparition, ils ont accompli le tour de force de s'imposer immédiatement comme des "énigmes". Ils sont beaux, non? Merci à Grant Delin qui a su les voir, et nous les montrer tels qu'en eux mêmes.

mercredi 10 juin 2009

Week-end perdu


C'est la fin du printemps, il fait beau. Au milieu de l'après-midi, l'homme télé s'ennuie. Il faut dire que le paysage qui s'offre à lui depuis vingt sept ans n'est pas des plus variés. Mais il regarde quand même. Ce qu'il voit s'accorde à merveille avec ce qu'il entend, c'est loin, diffus, ça semble vivant et ça n'est pas pour lui.

Mais tout de même, dans l'immeuble d'en face, cette nouvelle télé couleur pêche qui marche jour et nuit, ça l'intrigue. Surtout, ça lui fait ressentir une drôle d'impression, celle d'être comme un poisson rouge dans un aquarium un peu sale. Il a ressenti ça pendant plus de trois semaines sans s'en rendre compte, et là, le réveil est un peu rude, il reste comme deux ronds de flan... Dans sa tête carrée, ça commence à aller vite, très vite, et franchement: il n'a pas la moindre idée de ce qu'il doit faire.

mardi 9 juin 2009

INTRO & MODE D'EMPLOI

Futur 2002 parle d'un vieux futur. Un futur oublié qui fût fantasmé, avec des robots, la téléportation, la télékinésie, la télépathie. Un futur mort et enterré. Depuis si longtemps qu'on a fini par l'oublier. Construit au sein d'une toile immense, Futur2002 est comme le souvenir, il procède par bribes, avec des mots, des images, qui finiront par ressusciter un monde. Un futur où les robots ne font pas que la soupe ou passer l'aspirateur. Alors on redresse la tête, on regarde la catastrophe droit dans les yeux, on l'aime et on l'embrasse... fougueusement et avec amertume.